De la forêt à la mine : la formation rend les employés plus polyvalents


/RadFiles/Documents/ADS/NOUVELLES/231/INMQ_MCMBD-078.jpg

La polyvalence des employés est valorisée par les exploitants de ressources naturelles des régions du Québec. Le diplôme d’études professionnelles (DEP) en conduite de machinerie lourde en voirie forestière est un bon exemple de formation utile à la fois au domaine forestier et au domaine minier. Au Centre de formation professionnelle Harricana (CFP Harricana), à Amos, en Abitibi-Témiscamingue, les inscriptions à ce programme ont doublé depuis 2010, car les forêts et les mines accueillent chaque année de nombreux finissantes et finissants de ce programme. 

Au Québec, on a recensé 589 diplômés dans ce programme de formation en 2009-2010. Chaque année, près de 90 élèves du CFP Harricana obtiennent leurs diplômes après avoir suivi une formation professionnelle de 630 heures. Un cycle minier favorable et les départs à la retraite ont été deux facteurs qui ont engendré cette hausse importante. En effet, plus de 60 % des diplômées et des diplômés du CFP Harricana travaillent dans l’industrie minière depuis maintenant 4 ans. « Nous avons dû élaborer un plan pour recevoir davantage d’élèves et répondre aux demandes d’admission. Nous avons mis en place un horaire pour permettre d’enseigner simultanément à deux cohortes.

Chaque cohorte suit deux semaines de cours par mois; une semaine, les élèves ont des cours et l’autre semaine, ils sont en pause. Ce qui permet d’alterner les groupes et d'enseigner à plus d’élèves. Chaque semaine consiste à 70 heures de cours, soit 7 jours de 10 heures », souligne le directeur du CFP Harricana, Robert St-Onge.

Une formation polyvalente qui permet d’intégrer l’industrie minière 

La formation d’opérateur de machinerie lourde en voirie forestière amène le futur diplômé vers différents domaines, entre autres la construction de routes et de chemins forestiers, et des excavations résidentielles et commerciales. De plus, le travailleur est capable d’affronter différentes situations. Les compagnies minières recherchent les titulaires de cette formation pour opérer les équipements nécessaires à l’exploitation de fosses à ciel ouvert.

La formation permet aussi aux élèves d’opérer de façon sécuritaire ou d’entretenir différents engins de voirie forestière comme la chargeuse sur roues (loader), le tombereau, la niveleuse (grader), la pelle hydraulique (excavator) et le bouteur(bulldozer). Les élèves sont amenés rapidement à effectuer différents travaux sur le chantier minier qui sont similaires au domaine forestier soit : la construction et l’entretien de chemins, l’installation de ponceaux en plus du décapage de terrain et la construction de bassins de sédimentation.

Enrichir la formation pour l’industrie minière : le cas d’Osisko à Malartic

En 2010, les enseignants du Centre de formation professionnelle Harricana ont convenu d’une entente avec les dirigeants de la compagnie minière Osisko afin d’offrir le DEP en conduite de machinerie lourde en voirie forestière sur le site même de la future mine à ciel ouvert. Ainsi, 12 étudiants ont eu la chance de réaliser la totalité de la formation sur place en occupant les locaux de la minière et en pratiquant sur le terrain. Osisko avait mis à la disposition des enseignants les engins nécessaires à la formation et les étudiants devaient les opérer sur le site. Les élèves ont aussi acquis des compétences supplémentaires pour conduire la machinerie articulée. « Nous avons respecté le programme d’études, mais en réalisant quelques ajouts. Il fallait respecter à la fois les critères du Ministère et ceux de la minière », explique l’enseignant du programme, Yvan Sayeur. Les apprenants ont pu adapter leur conduite aux engins surdimensionnés et approfondir davantage leurs connaissances, entre autres sur la mécanique et l’entretien de ces gros véhicules. Ils ont également constaté la grande vitesse d’usure et la courte durée de vie de la machinerie utilisée par l’industrie minière qui opère souvent 24 heures sur 24 et qui effectue des travaux gigantesques.

Selon l’enseignant, Yvan Sayeur, le DEP en conduite de machinerie lourde en voirie forestière pourrait éventuellement ajouter des compétences au programme actuel pour former les apprenants sur la conduite de la machinerie non articulée comme les gros camions miniers surdimensionnés. « Adapter la formation, ça serait un plus. Les élèves pourraient être plus aptes à conduire ces véhicules, mais aussi en apprendre davantage sur la mécanique et l’entretien », renchérit Yvan Sayeur.

Le simulateur minier serait également un atout pour bonifier les programmes de formation minière. « Nous sommes très ouverts à l’acquisition de simulateur. Ce serait intéressant pour le Québec, mais également pour l’international. Les avancées technologies, notamment la conduite de camions à distance, est devenue un incontournable dans l’industrie », conclu l’enseignant Yvan Sayeur. 

Saviez-vous que?

La formation de Conduite de machinerie lourde en voie forestière s’offre dans huit régions du Québec : Abitibi-Témiscamingue, Bas-Saint-Laurent, Côte-Nord, Estrie, Laurentides, Mauricie, Nord-du-Québec et Saguenay-Lac-Saint-Jean.


Référence :

MINISTÈRE DE
L’ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT (2011). La
relance au secondaire en formation professionnelle, Québec, Le Ministère, p.
106