Cycles miniers 1970-2015 et employabilité


/RadFiles/Documents/ADS/NOUVELLES/243/INMQ_cycles_miniers_couverture1.jpg

Documenter les cycles miniers ayant prévalus au Québec entre 1970 et 2015 permet deux choses, comprendre les répercussions de la fluctuation des activités minières et établir le seuil d’investissement minimal qui contrôle l’offre d’emploi en géologie.  

Les cycles miniers : un impact sur l’offre d’emploi en géologie
 
L’Institut national des mines utilise les fluctuations annuelles des investissements en exploration et mise en valeur de projets
miniers pour analyser la cyclicité des activités minières. Cette cyclicité a un impact considérable sur l’offre d’emploi en géologie et sur l’attrait d’une formation universitaire de premier cycle dans ce domaine. 

Pour analyser la cyclicité des activités minières sur une longue période de temps, il est nécessaire de calibrer les dépenses annuelles. Pour ce faire, l’Institut utilise l’indice des prix des produits industriels combiné à la valeur du dollar de l’année 2010.

Une première observation concerne la régularité des cycles miniers. Pendant la période de référence de 45 ans, les trois premiers cycles complets qui couvrent la période allant de 1975 à 1994 ont été régulièrement espacés. Depuis lors, ils sont devenus irréguliers rendant chacun imprévisible, inquiétant et potentiellement dommageable en termes d’emploi et de développement de carrière notamment en géologie.

Constat de l’INMQ

Le seuil de référence fixé à 419 M$ sur la courbe calibrée des investissements en exploration et mise en valeur permet de préciser
l’influence des fluctuations annuelles sur l’offre d’emploi. Ce seuil correspond à la médiane. Il discrimine entre les périodes favorables à l’emploi et celles qui lui sont défavorables.

L’INMQ constate qu’une tendance à la baisse des investissements sous le seuil de 419 M$ a un impact majeur et immédiat sur l’offre d’emploi, notamment en géologie. Il constate par ailleurs que la plus récente période de plein emploi, au-dessus du seuil de 419 M$, a duré 5 ans.

La corrélation directe entre le taux d’emploi en géologie dans le secteur minier au Québec et le seuil de référence des investissements annuels en exploration et mise en valeur de projets miniers établi à 419 M$ est
remarquable.



Tableaux détaillés

Référence : Les données utilisées pour cette analyse proviennent de l’Institut de la statistique du Québec.