Favoriser l’apprentissage des Autochtones au Québec en formation minière grâce à la sécurisation culturelle


/RadFiles/Documents/ADS_NOUVELLES/LISTE/0/INMQ-actualites-defaut.jpg

Par Valérie Bellehumeur, chargée de projet

Le concept de sécurisation culturelle permet de faire ressortir l’importance de l’adaptation culturelle du contexte éducatif, de la créativité et de la mise en pratique d’approches et de stratégies culturellement significatives pour attirer, retenir et mener à la réussite éducative les apprenants autochtones en formation minière.

Dans sa prochaine publication, l’Institut national des mines va exposer les principales initiatives mises en place par des centres de formation professionnelle et des entreprises minières au Québec qui facilitent le parcours des Autochtones qui s’engagent dans une formation qui mène vers le secteur minier. Voici quelques extraits de la publication :

Initiatives pour surmonter les obstacles vécus par les Autochtones qui veulent s’engager en formation minière :

1.     Faible niveau de scolarité 

·       Processus de sélection fondé sur l’intérêt des apprentis
·       Programme d’aide au développement des compétences essentielles


2.   Faible connaissance du secteur minier et des opportunités d’emploi

·       Rencontres avec des superviseurs miniers
·       Visites de sites miniers

3.   Peu de modèles autochtones travaillant dans l’industrie minière 


·       Mesures de rétention en emploi  
·       Programme de développement visant la progression en emploi


4.   Crainte des préjugés


·       Ateliers de formation sur les différences culturelles


5.   Crainte de devoir quitter sa communauté 

·       Ateliers de transition et activités d’accueil
·       Organisation des déplacements et de l’hébergement


Initiatives pour relever les défis auxquels sont confrontés les apprenants autochtones qui poursuivent une formation minière :

1.   Difficultés d’adaptation à un nouvel environnement 


·       Compagnonnage avec un travailleur expérimenté
·       Médiateurs assurant l’intégration
·       Local dédié aux étudiants autochtones


2.   Difficultés à composer avec le rythme des études et à établir une routine 

·       Ateliers sur les habiletés de gestion du temps et de gestion du stress


3.     Manque de méthodes d’étude et de stratégies d’apprentissage efficaces 

·       Attribution de sens et contextualisation des concepts par les formateurs
·       Formation pratique basée sur l’expérimentation, l’observation et la démonstration


L’Institut national des mines lancera le 30 mars prochain son nouvel essai « Favoriser la sécurisation culturelle des Autochtones en formation minière au Québec ». Un outil fort pertinent pour ceux et celles qui désirent favoriser la réussite des Autochtones en formation en entreprise ou en établissement d’enseignement.