Communiqués


29 janvier 2019

Une nouvelle ère pour l'Institut national des mines


logo_INMQ.jpg


Les compétences numériques du 21e siècle sont à l’honneur !

L’Institut national des mines du Québec (INMQ) commence l’année 2019 sous le signe de la nouveauté. En poste depuis la fin de décembre 2018, le nouveau président-directeur général, M. Jean-François Pressé, apporte sa vaste expérience en éducation et une perspective renouvelée à la planification stratégique 2018-2023.

L’INMQ est fier de son bilan 2018 ainsi que des études et projets à venir en 2019. Au cours des dernières années, il a acquis une notoriété bien ancrée dans le milieu et significative pour les établissements d’enseignement et les entreprises minières du Québec. « Oser innover en formation minière, c’est développer le plein potentiel de la main-d’œuvre actuelle et des futurs finissants en formation minière », a exprimé le nouveau PDG. Avec la volonté de transmettre la culture de la formation tout au long de la vie, l’INMQ veut accompagner les établissements d’enseignement et les entreprises minières dans leur nouvelle structure organisationnelle. « Nous voulons proposer notamment une place de choix au développement des compétencesnumériques du 21e siècle, essentielles au succès du secteur minier au Québec », a également ajouté M. Pressé. 

Bâtir ensemble la formation professionnelle du 21e siècle

En février 2018, l’INMQ a participé aux Journées de réflexion sur la formation professionnelle du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. À cette occasion, une conférence intitulée « Le partenariat dans l’environnement numérique 4.0 » a été proposée aux directions des centres de formation professionnelle de tout le Québec, et au ministre de l’Éducation qui était accompagné du personnel de gestion du Ministère. En s’appuyant sur ses travaux de recherche, l’INMQ a alors démontré comment l’éducation pouvait bénéficier d’innovation pédagogique. Il a aussi encouragé les enseignants du Québec à utiliser les nouveaux outils mis à leur disposition et à explorer les possibilités inépuisables de la révolution 4.0. L’INMQ a également déposé au ministre un mémoire sur la formation professionnelle en mars 2018. 

Transformation numérique et compétences du 21e siècle

Une toute nouvelle étude de l’INMQ intitulée « Transformation numérique et compétences du 21e siècle pour la prospérité du Québec. Exemple de l’industrie minière » a été publiée en juin 2018. Cet ouvrage a été conçu dans l’optique de devenir un outilde référence pour aider les entreprises minières et les établissements d’enseignement à optimiser leur capacité d’innovation afin de faire face à la transformation des emplois. Cet ouvrage contribue également aux travaux ministériels amorcés en lien avec la transformation numérique en contexte de révolution industrielle 4.0. Il s’inscrit également dans le Plan d’action numérique en éducation et en enseignement supérieur.

Une dernière conférence pour M. Robert Marquis 

Le 18 décembre dernier, M. Robert Marquis a prononcé sa dernière conférence en tant que président-directeur général de l’Institut national des mines. Invité par la Chambre de commerce de Val-d’Or, il a présenté pendant une heure les résultats d’une étude effectuée auprès de plus de 900 employés œuvrant dans toutes les sphères du secteur minier. Cette étude, mettant à contribution une vingtaine de mines, a permis à l’INMQ de livrer le premier portrait des compétences numériques des travailleuses et travailleurs du secteur minier au Québec. L’INMQ a bénéficié de l’appui et de la collaboration de partenaires essentiels : l’Association minière du Québec (AMQ) et le Comité sectoriel de main-d’œuvre (CSMO Mines) et le CEFRIO.

Des projets emballants pour 2019

CES 2019 pour l’INMQ

L’année 2019 a démarré en force avec une participation au Consumer Electronic Show (CES), tenu à Las Vegas. Il s’agissait d’une première mission à cet imposant congrès accueillant plus de 4 500 exposants, spécialistes de l’innovation technologique, ainsi que 180 000 participants. L’INMQ a pu notamment découvrir de nouvelles plateformes éducatives, des innovationstechnologiques facilitant le travail de l’enseignant ainsi que des technologies favorisant l’accès à la formation. Le rapport de mission sera déposé au cours de l’hiver et plusieurs articles découlant de cette mission seront publiés dans les prochains numéros du MineAvenir.

2e phase du projet de recherche sur les compétences numériques

À la suite des résultats de l’étude sur les compétences numériques de la main-d’œuvre minière citée plus haut, l’INMQ poursuit son travail en collaboration avec l’AMQ et leCSMO Mines. Le mandat de cette seconde phase consiste à créer un cadre deréférence pour le secteur minier et de proposer des profils de compétences pour les dix postes les plus visés par les changements numériques. 

Reconnaissance des acquis et des compétences dans le secteur minier (RAC)

En partenariat avec l’Université de Sherbrooke, l’INMQ travaille aussi sur une étude permettant de contextualiser l’importance de la RAC dans les programmes de formation de niveau professionnel menant au secteur minier. Cette étude permettra de mesurer l’apport de la RAC sur les enjeux d’attraction, de rétention et de mobilité de la main-d’œuvre. Cette étude permettra éventuellement d’ouvrir la voie à d’autres projets similaires, utiles aux établissements d’enseignement et aux entreprises minières du Québec.

Des vidéos pédagogiques en production

Au cours des prochaines semaines, l’INMQ dévoilera le deuxième volet des capsules vidéos 360 degrés qui ont connu une forte popularité en 2018. En utilisant ces capsules renouvelées, les élèves du Québec pourront découvrir les métiers et les professions diversifiés du secteur minier sous forme de questions suscitant l’interaction. Un autre projet du même type est également en voie de réalisation, en partenariat avec l’Unité d’enseignement et de la recherche en création et nouveaux médias de l’Université du Québec en Abitibi Témiscamingue. Il s’agit de nouvelles capsules vidéos pédagogiques tournées à la mine Westwood d’IAMGOLD et destinées à appuyer la formation des superviseurs de premier niveau en contexte minier, offerte au collégial.
 
Un prochain avis ministériel sur la présence des simulateurs miniers au Québec

L’INMQ est en fin de production d’un portrait actualisé du déploiement de simulateurs miniers dans les établissements d’enseignement et les entreprises minières du Québec. En complément à ce travail, un avis ministériel sur le même thème sera déposé au ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, M. Jean-François Roberge. 

L’Institut national des mines a pour mission de soutenir le gouvernement dans l’exercice de sa responsabilité en matière d’éducation dans le secteur minier. Il a notamment pour mandat de maximiser la capacité de formation de la main-d’œuvre, en optimisant les moyens disponibles et en les utilisant selon une vision concertée de tous les acteurs du secteur minier. 

- 30 –

Consultez tous les communiqués [+]