Communiqués


22 novembre 2016

Vif succès pour l’Institut national des mines lors du Colloque sur l’automatisation et la robotisation


IMG_0433.JPG


C’est plus de 90 participants, des intervenants du secteur de l’éducation, du secteur minier, des centres de recherches, des ministères et des associations provenant de 48 organisations différentes de partout au Québec, qui ont répondu hier à l’appel lancé par l’Institut national des mines du Québec (INMQ). Dans le cadre de l’événement Québec Mines 2016, l’INMQ avait organisé un colloque ayant pour thèmes, l’automatisation et la robotisation.

Le colloque s’est ouvert avec la présence d’invités d’honneur tels que M. François Biron, président de l’Institut national des mines, et Mme Josée Méthot, présidente-directrice générale de l’Association minière du Québec. Les participants du colloque ont apprécié notamment la mise en contexte de l’ère industrielle 4.0 dans le secteur minier présentée par le président-directeur général de l’INMQ, M. Robert Marquis. La formation minière dans un contexte d’automatisation présente des opportunités et des défis tant pour les entreprises que les établissements d’enseignement du Québec.

Quatre conférences alimentées par les questions des participants

La première partie de l’événement a accueilli des conférenciers du milieu éducatif et du secteur minier. Après la mise en contexte de l’ère industrielle 4.0. présentée en simultané sur la page Facebook de l’Institut, le Cégep de Jonquière a présenté les services offerts dans son département de formation continue. Par la suite, le conférencier Pierre-Olivier Lamy a présenté les avancées technologiques de l’entreprise privée Hewitt en terme d’automatisation, notamment en démontrant les bénéfices que présentent ces technologies pour la sécurité des travailleuses et des travailleurs miniers et concernant la réduction des coûts de produits reliés à la maintenance prédictive.

Par la suite, M. Luc St-Arnaud de Goldcorp, mine Éléonore, a expliqué la vision de l’entreprise et ses valeurs qui touchent notamment l’innovation. Il a démontré l’importance des choix technologiques de son entreprise, mais également les répercussions sur la nature du travail de son personnel. Finalement, Mme Éva Carrisimi, une leader incontestée en management et présidente de l’entreprise CEZinc a expliqué les profonds changements qu’ont apporté la technologie dans son entreprise et le défi de gestion entourant la modification des compétences de leurs travailleurs.

Sous forme de World Café, un atelier de discussion a permis aux participants de s’exprimer sur quatre thèmes touchant l’automatisation, les compétences des travailleurs, la formation et les défis de l’INMQ. Les participants ont été généreux en proposant leurs points de vue, leurs solutions à certains problèmes et leur vision idéale du secteur minier et de la formation au Québec. La plénière qui a suivi a permis de rassembler les idées. Grâce à cette activité, l’Institut désire publier les principaux constats et identifier les pistes d’actions prioritaires. « Les nombreux participants ont été fort généreux durant le colloque et ont su apprécier à sa juste valeur la qualité des conférences et les interventions pertinentes de leurs collègues participants », explique le président-directeur général de l’Institut national des mines, M. Robert Marquis.

Les travaux de l’Institut pour faire suite à l’événement

À la suite de cet important colloque, l’Institut national des mines produira un rapport reflétant les réflexions soulevées notamment durant les ateliers de discussion. Des actions concrètes seront proposées pour répondre aux besoins soulevés tant par les organisations du secteur minier que celles du secteur éducatif. Le tout sera également porté à l’attention du ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, M. Sébastien Proulx, duquel relève l’Institut.

L’Institut national des mines a pour mission de soutenir le gouvernement du Québec dans l’exercice de sa responsabilité en matière d’éducation dans le secteur minier. Il joue le rôle de levier en offrant l’opportunité aux établissements d’enseignement du Québec de partager leur expertise et leurs ressources afin de développer une offre de formation qui évolue au même rythme que la technologie et qui répond aux besoins actuels du secteur minier québécois.

— 30 —

Source :   Karine Lacroix, conseillère en communication
Institut national des mines              
819 825-4667, poste 2904        
www.inmq.gouv.qc.ca

Consultez tous les communiqués [+]