Communiqués


18 décembre 2014

Bilan de l’année 2014 et projets novateurs pour l’année 2015 « Des réalisations concrètes pour l’INMQ appuyées par le milieu de l’éducation et l’industrie minière » — Robert Marquis, PDG de l’INMQ


INMQ_Bilan_2014.jpg


Val-d’Or, 18 décembre 2014 – À l’aube de l’année 2015, l’Institut national des mines (INMQ) fait un bilan très satisfaisant des réalisations accomplies au cours de la dernière année pour soutenir le gouvernement dans l’exercice de sa responsabilité en matière d’éducation dans le secteur minier. Quatre principales réalisations marquent cette année tumultueuse dans l’industrie minière. Quant à l’année 2015, elle s’avère aussi occupée en terme de projets et d’initiatives pour l’équipe de l’INMQ.

Publications de deux rapports

En avril dernier, l’INMQ a lancé un rapport intitulé Portrait de la formation dispensée par les entreprises minières à leur personnel. Ce rapport permet d’offrir une vue d’ensemble des efforts importants et des investissements considérables consentis par les entreprises minières du Québec pour la formation des travailleurs. De plus, il a révélé des préoccupations importantes pour l’industrie, et ce, en lien avec la compétence de la main-d’œuvre et l’adaptation des travailleuses et des travailleurs aux innovations technologiques intégrées et développées de plus en plus rapidement dans le secteur minier.

Ce rapport permet à l’INMQ de documenter précisément que les entreprises minières consacrent en moyenne 3,4 % de leur masse salariale à la formation de leurs employés, soit 2,4 % de plus que ce qui exigé par la loi. La formation, le développement et la reconnaissance des compétences de la main-d’œuvre sont donc des sujets importants pour les dirigeants du secteur minier québécois. Par ailleurs, ce rapport a également révélé la nécessité de mettre en place une formation dédiée aux opérateurs de machinerie lourde typique de l’exploitation de mines à ciel ouvert et il mentionne l’intérêt de l’industrie pour l’usage de simulateurs miniers en situation d’apprentissage.

Dans la foulée de ce premier rapport sur la formation dispensée par les entreprises minières à leur personnel, l’INMQ a aussi publié en 2014 un Rapport sur l’enseignement par simulateur qui dresse un portrait succinct des simulateurs miniers et de leur utilisation au Québec et au Canada. Ce rapport identifie des pistes de solution à envisager pour optimiser la formation déjà offerte dans les centres de formation professionnelle, et, notamment, pour offrir une nouvelle formation aux opérateurs d’engins miniers propres aux mines à ciel ouvert. Le Rapport sur l’enseignement par simulateur a connu un engouement et suscité un grand intérêt auprès des entreprises minières et des établissements d’enseignement. Il a été diffusé dans une vingtaine de publications différentes et il a servi de tremplin pour l’organisation d’une activité de réseautage et d’échanges.


Activité de réseautage et d'échanges

Pendant le congrès annuel Québec Mines 2014, plus de soixante-dix personnes, provenant de l’industrie minière et des établissements d’enseignement de tout le Québec, ont participé, le 17 novembre 2014, à une journée de réseautage et d'échanges. Organisé par l'INMQ en partenariat avec l'Association minière du Québec (AMQ) et avec le soutien logistique du CSMO-Mines, l'événement a proposé trois conférences portant sur la formation à distance assistée par ordinateur, sur l’utilisation et la disponibilité des simulateurs dans la formation des opérateurs miniers et sur l’intégration de travailleuses et de travailleurs issus des Premiers Peuples au sein de la main-d’œuvre minière. 

Le moment de réflexion et d’échanges prévu durant la journée entre les différents intervenants leur a permis de se prononcer sur ces questions touchant les compétences des futurs diplômés du secteur minier, l’intégration des travailleuses et travailleurs des Premiers Peuples, l’implantation de simulateurs miniers et la formation à distance. L’INMQ prévoit publier un résumé de ses échanges et amorcer une nouvelle étape de sa réflexion sur ces questions en janvier 2015.
 
Avis ministériel proposant un tournant technologique dans le domaine de la formation des opérateurs d'engins miniers 

Dans la foulée des réalisations de 2014, l’INMQ met la dernière main à un avis ministériel destiné au ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS), monsieur Yves Bolduc. Cet avis traitera de la pertinence d’offrir dans les centres de formation professionnelle du réseau public un apprentissage spécifique pour les nouveaux opérateurs de machinerie lourde propre aux mines à ciel ouvert. Cet avis abordera également la question de la formation à distance et la valorisation de l’apprentissage par simulation qui s’inspire largement du secteur de l’aéronautique.


Année 2015 : projets en développement

Au cours du mois de février, le Centre de formation professionnelle Val-d’Or, en collaboration avec l’INMQ et d’autres partenaires institutionnels et industriels, va offrir la toute première formation à distance à des travailleuses et des travailleurs œuvrant déjà dans le secteur minier. Il s’agit d’une formation de 35 heures dédiée spécifiquement à des travailleurs miniers sélectionnés pour obtenir une accréditation FMTM de formateur en entreprise. Après plusieurs mois de préparation, ce cours intitulé Formation de formateurs sera alors offert à une première cohorte et les futurs diplômés pourront par la suite former à leur tour des employés de leur propre entreprise. Ce projet pilote sera le premier d’une série de cours miniers offerts à distance et par ordinateur proposant une toute nouvelle façon d’enseigner et de répondre aux besoins accrus de l’industrie minière.

L’INMQ travaille d’ailleurs déjà sur un autre projet pilote en formation à distance. Le thème retenu, la Santé et la sécurité dans les mines souterraines, permet de rassembler un éventail encore plus large de partenaires institutionnels et industriels, différents et complémentaires. Ce projet ambitieux se concrétisera rapidement au début de la prochaine année. Il pourrait définir une nouvelle norme en matière de formation en santé et sécurité dans le domaine minier, et ce, non seulement au Québec, mais également sur la scène internationale.
 
D’ores et déjà, l’INMQ travaille à la préparation d’autres publications. Un rapport dont la diffusion est prévue en 2015 portera sur les activités de formation minière des établissements des trois ordres d’enseignement à l'international. Dans la foulée de ce rapport et dans le but d’informer le MELS et le MESRS, l’Institut national des mines (INMQ) organisera une journée de conférences comportant une activité de réflexion sur les activités à l’international en formation minière. 

Un autre projet de l’INMQ qui démarrera en 2015 portera sur les meilleures pratiques de formation pour les travailleuses et travailleurs issus des Premiers Peuples. Ce projet fera également l’objet d’une étude menant à la publication d’un rapport au cours de l’année 2015. 

L’Institut national des mines a pour mission de soutenir le gouvernement dans l’exercice de sa responsabilité en matière d’éducation dans le secteur minier. Il a notamment pour mandat de maximiser la capacité de formation de la main-d’œuvre, en optimisant les moyens disponibles et en les utilisant selon une vision concertée de tous les acteurs du secteur minier. L’institut a publié, il y a quelques jours, un rapport d’enquête sur l’enseignement par simulateur dans le domaine minier.

— 30 –

Source : Karine Lacroix
Conseillère en communication
Institut national des mines
819 825-4667, poste 2904


Consultez tous les communiqués [+]