Nemaska Lithium, la recherche et la formation minière au Québec


Par Karine Lacroix, conseillère en communication
Institut national des mines

Nemaska Lithium a commencé officiellement ses opérations afin de produire de l’hydroxyde et du carbonate de lithium servant communément aux piles présentes dans les appareils électroniques, les autobus électriques ainsi que les voitures électriques. Encore méconnue au Québec, l’exploitation du lithium prend de plus en plus de place dans l’actualité, tout particulièrement dans le cadre des discussions sur l’électrification des transports.


Source : Nemaska Lithium

À la recherche de nouvelles compétences des futurs travailleurs 


Les futurs travailleurs de Nemaska Lithium opéreront les différentes composantes de son projet de fabrication d’hydroxyde de lithium au Québec. Prochainement, l’entreprise sera à la recherche de travailleurs disposant de compétences variées. À terme, la fosse à ciel ouvert, laquelle sera construite sur le site minier Whabouchi sur le territoire d’Eeyou Istchee Baie-James, occupera un espace d’environ 1 km de longueur par 200 m de largeur. Sur ce site minier, l’entreprise embauchera près de 200 travailleurs. Plus de la moitié des postes seront occupés par des travailleurs ayant une formation professionnelle (DEP), notamment près d’une cinquantaine d’opérateurs de camions, de pelles, de bouteurs et de niveleuse (DEP en conduite de machinerie lourde en voirie forestière), plus d’une quarantaine de travailleurs ayant des habiletés en mécanique (DEP en mécanique d’engins de chantier et DEP en mécanique industrielle de construction et d’entretien) et d’une vingtaine d’opérateurs en conduite de machines de traitement de minerai (DEP en conduite de machines de traitement du minerai). L’embauche des travailleurs devra être réalisée dans le respect de l’entente Chinuchi signée entre Nemaska Lithium et les diverses parties prenantes cries concernées, et ce, en priorisant la main-d’œuvre crie, tout particulièrement celle de la communauté crie de Nemaska.

La supervision du procédé de traitement du minerai (concentration gravimétrique suivie de flottation) relèvera des ingénieurs métallurgistes présents sur place pour évaluer, optimiser et améliorer le procédé menant à la fabrication d’un concentré de spodumène de haute qualité (plus de 6,0 % Li2O) avec une récupération de plus de 80 %. Le concentrateur situé sur le site minier Whabouchi sera opéré essentiellement par des manœuvres sous la gouverne de techniciens en traitement de minerai. Le diplôme d’études professionnelles (DEP) en traitement de minerai et la technique (DEC) en technologie minérale sont des
formations très pertinentes pour Nemaska lithium.  

Concernant la transformation du concentré de spodumène en hydroxyde de lithium, le directeur technique de Nemaska Lithium, M. Jean-François Magnan, envisage d'embaucher à l’usine de Shawinigan plus de 80 employés. Le défi sera grand pour les ingénieurs et techniciens qui devront implanter un nouveau procédé nécessitant à la fois des compétences de pointe en pyrométallurgie, chimie, hydrométallurgie et en électrochimie. D’ailleurs, deux ingénieurs chimiques sont déjà en poste à l’usine de Shawinigan afin de superviser l’installation des équipements nécessaires à son bon fonctionnement. 

La spécificité du projet de Nemaska Lithium


La plus grande partie du lithium actuellement exploité dans le monde provient des salines d’Amérique du Sud. La mise en production du projet minier Whabouchi de Nemaska Lithium, situé aux abords de la route du Nord, à quelque 300 km au nord de Chibougamau, contribuera à augmenter sensiblement la quantité de ce métal provenant de l’extraction d’un minéral nommé spodumène.

Les installations qui seront déployées au cours des prochains mois au Québec en lien avec ce projet seront situées sur le territoire d’Eeyou Istchee Baie-James et en Mauricie. Le projet minier Whabouchi sur le territoire d’Eeyou Istchee Baie-James accueillera prochainement un concentrateur modulaire capable de traiter dix tonnes de minerai à l’heure. Le concentré de spodumène subira aussi un traitement supplémentaire par flottation avant de quitter le territoire vers Shawinigan. L’usine de transformation située à cet endroit produira à la fois de l’hydroxyde de lithium et du carbonate de lithium. 

L’usine de démonstration à Shawinigan, quant à elle, est construite pour démontrer en contexte industriel la nouvelle méthode de production d’hydroxyde de lithium et de carbonate de lithium à partir d’un concentré de spodumène. Cette usine de démonstration permettra la production de 500 tonnes d’hydroxyde de lithium par année. Les premiers tests de qualité ont été effectués au début de l’année 2017 chez le fabricant de matériaux pour batteries JMMB installé à Candiac. Par la suite, l’objectif
pour Nemaska Lithium sera d’atteindre une production annuelle de quelque 30 000 tonnes de composés de lithium. 


La formation et la recherche minière au Québec


Nemaska Lithium collabore actuellement avec le Centre national en électrochimie et en technologies environnementales (CNETE) du Collège Shawinigan pour opérationnaliser la production écologique des composés de lithium entrant dans la production des batteries au lithium. Cette collaboration entre une entreprise minière et un centre de recherche est stratégique afin de développer l’expertise nécessaire en électrochimie.

Cet article a paru dans la revue Ressources, mine et industrie en novembre 2016. Il est possible de lire l’article complet.

Sources bibliographiques :

Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada. 2016. « Un virage vert qui dynamise l’économie », [En ligne], URL : http://www.nserc-crsng.gc.ca/Media-Media/ResearchNewsDetails-NouvellesSurLaRechercheDetails_fra.asp?ID=871, consulté le 5 octobre 2016 

Nemaska Lithium. 2016. « Le projet de Nemaska Lithium prend forme selon l’échéancier et le budget », [En ligne], URL : http://www.nemaskaexploration.com/fr/investisseurs/communiques-de-presse/2016/de3db3da-1d1d-4ec4-a730-3773f99102f9/, consulté le 7 octobre 2016.