Un succès pour l’Institut national des mines
au Congrès Québec Mines 2018


Par Karine Lacroix, conseillère en communication
Institut national des mines



Hier soir, plus de 80 personnes étaient réunies lors de l’activité de réseautage, organisée par l’Institut national des mines (INMQ) au Centre des congrès de Québec. Des acteurs du secteur minier, de l’éducation et de différents ministères notamment le ministère des Ressources naturelles ont pu échanger sur la formation minière, mais également sur les projets de l’INMQ. L’événement a permis au président-directeur général de l’Institut, M. Robert Marquis, de présenter la toute nouvelle planification stratégique 2018-2023 et les objectifs ambitieux de l’organisation. 

Devant une importante audience, l’Institut a pu situer ses actions à la convergence des tendances du secteur minier vers celui du monde de l’éducation.  Axée sur l’innovation, cette récente planification stratégique s’appuie sur des projets structurants réalisés en partenariat avec des établissements d’enseignement du Québec et des entreprises du secteur minier.  À ce moment-ci, la révolution industrielle 4.0 génère notamment de nouveaux besoins concernant les compétences acquises sur les lieux de travail, mais demande également d’actualiser l’offre de formation minière au Québec. D’ailleurs, l’INMQ a pour mandat de documenter les contenus des programmes en lien avec le secteur des mines, à diversifier les modes d’enseignement et à mettre en valeur la place consacrée à la formation en entreprise.

Conscient des défis associés à la pénurie de main-d’œuvre qualifiée, l’INMQ soutiendra également le leadership québécois en formation minière en s’appuyant sur l’expertise originale d’une équipe professionnelle partageant une vision commune.

Plusieurs projets verront le jour dans la sphère publique dès l’hiver 2019, voici les principaux :

1) Actuellement, l’Institut travaille sur une étude évaluant les compétences numériques actuelles de la main-d’œuvre du secteur minier et mesurant la maturité numérique des entreprises minières du Québec. Ce projet de recherche est réalisé en collaboration avec le CEFRIO et le soutien de l’Association minière du Québec et du CSMO mines. 

2) En partenariat avec une institution d’enseignement au Québec, qui sera dévoilée sous peu, l’Institut œuvre également à l’élaboration d’une étude mesurant l’importance accordée à la reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) dans les
métiers du secteur minier et désire documenter les étapes de la démarche jusqu’à l’obtention de la RAC.

3) De plus, les établissements d’enseignement et les entreprises du secteur minier répondent actuellement à un questionnaire sur l’utilisation des simulateurs en formation minière. Ce portrait des simulateurs utilisés au Québec verra le jour au cours du mois de mars 2019 suivi d’un avis ministériel présenté au ministre de l’Éducation, M. Jean-François Roberge.

L’activité de réseautage a permis de remercier le PDG de l’Institut national des mines, M. Robert Marquis, pour ses années de dévouement pour l’organisation. Un hommage lui a été rendu à quelques jours de sa retraite officielle.

Pour en connaître davantage sur la planification stratégique 2018-2023, il est possible de la consulter sur le site Web de l’INMQ.