les stim valorisés par la robotique : l'expérience d'une école secondaire d'une région minière


Par Noémie Bérubé, agente aux communications
Institut national des mines


Photo gracieuseté : Anick Audy

Du 28 février au 2 mars 2019 se tient le Festival de robotique de Montréal auquel participera un établissement d’enseignement du secondaire provenant d’une des trois régions minières du Québec. Pour la première fois, l’École D’Iberville de Rouyn-Noranda en Abitibi-Témiscamingue s’est classée pour cet événement mondial. Si les performances de l’école sont à la hauteur, ce sont 24 élèves qui pourraient se retrouver au Championnat FIRST de Détroit, une compétition internationale visant à favoriser l’inspiration et la reconnaissance des sciences, des technologies, de l’ingénierie et des mathématiques (STIM).

Pendant l’année scolaire, l’École D’Iberville stimule ses élèves et les pousse à toujours se dépasser. De fait, les élèves de cette concentration en science et en technologie ont 6 périodes d’apprentissage sur les 9 jours du calendrier scolaire pour développer des connaissances en robotique, souvent peu explorées dans un cheminement scolaire régulier. D’ailleurs, pour se rendre à la compétition montréalaise, les jeunes avaient 45 jours pour concevoir un robot capable de pratiquer un sport ou de relever des défis. Le personnel de l’École D’Iberville enseigne dans le plaisir, les sciences et les technologies. En plus de sensibiliser les élèves au fait qu’ils représentent la prochaine main-d‘œuvre spécialisée en technologie de l’information, l’Institut national des mines espère qu’ils envisageront une carrière dans le secteur minier où la technologie est de plus en plus présente. Aussi, il est envisageable de penser qu’ils combleront certainement la pénurie de main-d’œuvre déjà commencée dans plusieurs secteurs économiques du Québec. Cette compétition est un premier pas pour ces jeunes apprenants vers les technologies de plus en plus utilisées dans les entreprises. La robotique prend déjà une place importante dans les classes du primaire au Québec. Les enseignantes et les enseignants développent activement la robotique dans les classes-laboratoires où même l’impression 3D est abordée. 

La mine 4.0 a déjà démontré l’importance de la robotique dans les emplois actuels et futurs du secteur minier. L’engagement de l’École secondaire D’Iberville est également en harmonie avec le Plan d’action numérique en éducation et en enseignement supérieur du ministère de l’Éducation. L’Institut national des mines du Québec a choisi d’appuyer l’École D’Iberville dans sa démarche puisque l’organisation encourage la diversification de nouveaux modes d’enseignement et désire favoriser le développement des compétences numériques. Ce type de compétition offre une vitrine pertinente pour la formation minière québécoise, et ce, à l’international.